Recent News
prime video
Sac de frappe Décathlon : 10 conseils pour l’utiliser

Ne vous contentez pas de donner des coups de poing dans un sac de frappe, apprenez à frapper au poids de la bonne façon. Voici 10 conseils d’entraînement sur un sac de frappe décathlon pour développer votre technique de boxe ainsi que votre puissance de frappe.

1. Faites attention à l’endroit où vous regardez

Le problème numéro un de l’entraînement au sac lourd (sac de frappe) est qu’il crée de mauvaises habitudes. Les deux problèmes les plus courants que je vois sont les combattants qui regardent trop fixement le sac ou qui ne le regardent pas.

Des yeux trop fixes

Ce genre de contact visuel intense est assez cool, car on a l’impression d’être un chasseur qui garde les yeux sur sa cible. Sur le ring, le fait de fixer une cible donne l’information à votre adversaire l’endroit où vous allez frapper ensuite.

Quoi que vous fassiez, ne regardez PAS en bas lorsque vous donnez un coup de poing. Cela rend le coup de poing tellement plus facile à défendre et à contrer.

Ne fixez pas trop un endroit où vous ne pouvez rien voir d’autre.

La bonne façon de regarder le sac est de regarder vers l’avant. Imaginez le sac comme un adversaire devant vous et essayez de garder le sac entier dans votre champ de vision. Vous voulez garder un œil sur ses mouvements de tête et de corps en même temps. Vous visez vos coups mais vous ne fixez pas un endroit au point de ne rien voir d’autre.

Des yeux paresseux

Problème similaire, le combattant ne regarde jamais le sac. Croyez-le ou non, certains boxeurs ne peuvent pas répondre quand je leur demande : “Que regardez-vous quand vous donnez un coup de poing ?

J’ai surpris de nouveaux boxeurs qui regardaient le sol ou qui regardaient simplement sur le côté quand ils donnaient de gros coups. C’est étonnant de voir à quel point les boxeurs frappent souvent à l’aveuglette quand ils sont fatigués.

Ne laissez pas vos yeux vagabonder partout. Les yeux paresseux vous rendent vulnérables sur le ring ! Restez concentré et faites attention au sac. Cela vous permettra d’être plus précis et, surtout, de voir les contre-poings venir dans votre direction.

La meilleure façon de soigner les yeux paresseux : mettez des petits carrés de ruban adhésif autour du sac pour donner aux yeux quelque chose à regarder… ou passez simplement plus de temps à utiliser d’autres équipements.

Gardez le sac en vue et sachez à tout moment à quelle distance il se trouve de vous.

2. Gardez votre équilibre

Jetez des coups de poing sur le sac, mais ne vous jetez pas sur le sac. Tenez-vous sur vos deux pieds en restant stable. En gardant votre équilibre, vous aurez une meilleure puissance de frappe et un meilleur jeu de jambes autour du sac.

N’utilisez pas le sac pour vous tenir debout. Ne poussez pas avec vos épaules ; cette mauvaise habitude permet aux combattants habiles de vous déséquilibrer en bougeant lorsqu’ils sentent que vous vous appuyez sur eux. Le pire, c’est de ne pas pousser le sac avec la tête ; c’est juste une bonne façon de vous laisser prendre des uppercuts.

3. Frapper, ne pas pousser

Ne poussez pas le sac, frappez-le. Ne faites pas balancer le sac partout, donnez-lui une attaque. Il y a un vieux dicton qui dit :

“Si vous voulez savoir qui frappe le sac correctement, demandez à l’aveugle.”

En effet, il suffit d’écouter le son de vos coups de poing pour savoir si vous frappez correctement. Ce que vous voulez, c’est un son de “PAF” quand vous frappez et non un bruit sourd.

Un coup de poing ne fera que pousser le sac à mesure que vos bras se fatiguent. Un coup de poing rapide secouera le sac en place avec un grand bruit de claquement. Détendez vos bras et donnez des coups de poing rapides. Faites preuve d’un peu de puissance, mais ne laissez pas votre poing toucher le sac trop longtemps.

Dès que vous avez établi le contact, faites revenir votre bras et donnez le prochain coup. Si vous poussez c’est que vos bras se fatiguent rapidement. Là encore, limitez la durée pendant laquelle votre poing entre en contact avec le sac.

4. Mettez vos pieds au sol lorsque vous donnez un coup de poing

Plantez ces pieds quand vous frappez. Être cloué au sol signifie plus d’équilibre, plus de puissance, plus de contrôle, plus de mobilité pour s’éloigner après le coup de poing, plus de tout ! Vous pouvez vous déplacer autant que vous voulez, mais quand vient le moment de frapper, mettez vos pieds à terre !

Si vous avez du mal à garder les pieds au sol, faites simplement des petits pas lorsque vous vous déplacez. Les pros frappent beaucoup plus fort parce que leurs pieds sont toujours au sol, même lorsqu’ils se déplacent sur le ring.

5. Bougez vos pieds quand vous ne frappez pas

Bougez vos mains ou vos pieds.

Comme le disait mon entraîneur : “Bougez les mains ou les pieds ou bougez la tête”. Si vous ne faites pas un mouvement offensif, vous faites un mouvement défensif. Comme un sac lourd ne vous frappe pas, nous ne nous inquiéterons pas du mouvement de la tête, mais nous pouvons certainement travailler sur le mouvement des pieds. Bougez toujours quand vous avez fini de frapper.

Gardez vos distances

Maintenez une distance appropriée à tout moment. Déplacez-vous avec le sac et gardez-le toujours à portée de main. Ne laissez pas le sac s’éloigner ou s’approcher trop près. Ne soyez pas paresseux avec vos jambes.

Bougez avec le sac au lieu de rester là à attendre qu’il vienne à vous. Reculez quand il vient vers vous et suivez-le s’il s’éloigne. Si vous ne pouvez pas bouger vos pieds aussi vite que le sac se balance, vous devez alléger les coups de poing ou obtenir un sac plus lourd… ou développer un meilleur jeu de jambes.

6. N’attendez pas

C’est ce qui sépare les hommes des garçons. Regardez n’importe quel combattant professionnel travailler le sac lourd et vous verrez qu’ils donnent TOUJOURS des coups de poing. Même quand ils se reposent, ils ne se reposent que 2 secondes au maximum.

Les débutants attendent toujours entre les combinaisons. Ils donnent de gros coups de poing, puis se déplacent pendant 5 à 10 secondes pour reprendre leur souffle. Ces longues périodes d’inactivité vont vous tuer. Les vrais combats n’ont pas de pauses de 10 secondes pour que vous repreniez votre souffle.

Au moment où vous arrêtez de frapper, votre adversaire se met à frapper.

Alors quelle est la morale de l’histoire ? – N’ARRÊTEZ JAMAIS DE FRAPPER ! Vous n’avez pas toujours besoin de frapper fort, mais vous devez continuer à lancer. Mettez des coups de poing légers et frappez en vous déplaçant autour du sac pour reprendre votre souffle. Quand vous êtes prêt à lancer à nouveau les gros coups, intervenez et tirez.

7. Moins de puissance, plus de respiration

Frapper le sac lourd, c’est un peu comme courir, c’est une question de respiration ! Ne vous inquiétez pas tant de vouloir frapper fort. Concentrez-vous sur la respiration explosive, pas sur les coups de poing explosifs. Restez détendu et travaillez votre respiration pour ne pas vous fatiguer.

La puissance vient d’une bonne technique, L’endurance vient d’une bonne respiration.

La puissance et l’endurance ont très peu à voir avec l’effort que vous mettez dans vos coups de poing. Les pros donnent des centaines de coups de poing puissants en n’utilisant rien d’autre qu’une bonne technique et une bonne respiration.

Une bonne respiration vous permet de rester détendu et de donner de nombreux coups sans vous fatiguer. Une bonne technique vous permet de délivrer une puissance maximale sans gaspiller l’énergie que vous avez mise dans le coup de poing.

Ne laissez pas le sac vous épuiser. Un sac fonctionne à votre rythme, c’est-à-dire uniquement lorsque vous voulez donner un coup de poing. Apprenez à conserver votre énergie pour des entraînements plus difficiles comme  le sparring. Si vous êtes encore fatigué face à un sac lourd, vous n’êtes pas prêt pour la compétition.

8. Lancez 3 à 6 coups de poing

Le point fort est de donner 3 à 6 coups de poing à la fois. Pas 1, pas 2, et PAS 10. C’est suffisant pour faire des dégâts, mais assez court pour que vous puissiez sortir avant que votre adversaire ne riposte. Comborez tous vos coups ensemble. Essayez des combos normaux (1-2-1-2, 1-2-3, etc.) ainsi que des combos peu orthodoxes (1-3-2, 3-1-2-3-3, etc.). Les combats se font par combinaisons et non par coups individuels. Continuez à lancer des combinaisons et gardez ce rythme.

Visez à donner des coups de poing hauts pour la tête et bas pour le corps. Le plus gros problème que je vois, ce sont les gens qui ne frappent pas assez haut pour la tête. Au moment de se battre, leurs épaules se fatiguent parce qu’ils n’ont pas l’habitude de frapper haut.

9. Soyez actif quand vous vous reposez

Tout le monde se fatigue. L’important, c’est que vous faites toujours quelque chose.

Ne restez pas là quand vous êtes fatigué. Continuez d’avancer ! Si vous voulez vous reposer, faites-le en vous déplaçant et en donnant des coups de poing légers. Ne te repose PAS en t’appuyant sur le sac ou en faisant le mort au sol. Le pire, c’est de ne pas se reposer en restant immobile comme un sac de frappe.

10. Gardez les mains en l’air

Il est facile d’être paresseux en défense quand le sac ne riposte pas.

Vous PENSEZ que vos mains sont en l’air mais vous ne le savez pas vraiment avant d’avoir reçu un coup de poing. Vous pourriez accumuler des centaines d’heures sur le sac de frappe en développant une mauvaise habitude et ne pas savoir à quel point vous êtes ouvert jusqu’à ce que vous entriez sur le ring.

Ne laissez pas tomber votre main droite lorsque vous lancez le coup de poing et surtout ne laissez pas tomber votre main droite lorsque vous lancez le crochet du gauche.

Ne vous contentez pas de vous couvrir la tête ; gardez les coudes baissés pour protéger le corps également. Le conseil le plus utile que je puisse vous recommander est de demander à un entraîneur ou à un ami de vous surveiller et de vous crier dessus chaque fois que vous baissez un peu trop vos bras.

News Reporter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *